Du retard de l'Afrique, vol 2

Publié le par Taméra

Voici un message que j'ai échangé avec des forumeurs sur grioo.com. Je suis convaincu qu'il mérite d'être publié dans mon blog.
Chabine a écrit:
Ecoute, tu viens d'arriver sur le forum, et je suis déjà montée au créneau pour te défendre une 1ère fois. Ce sera la dernière. Prends le temps de te mettre à niveau, parcours le forum, mais si c'est pour nous déverser des âneries afro-pessimistes que tu es arrivé ici, tu peux aussi bien passer ton chemin, on ne va pas perdre notre temps à tout ré-expliquer à chaque fois

Laughing Mais ressaisissez-vous, mon ami. Buvez un verre d'eau, étirez-vous ou lachez un rot. Ne vous mettez dans cet état, c'est mauvais pour la santé.
Soit j'ai mal lu la charte de ce forum, dans ce cas, je prierai bien les modérateurs de passer mon compte au bistouri, ou alors c'est vous plutôt qui avez des soucis avec votre esprit critique. Cette intervention a des relents d'autoritarisme.
D'abord, je n'ai pas souvenir de vous avoir demandé de me défendre, tout autant que je ne me rappelle pas qu'il y ait une clause qui vous oblige à répondre à mes posts. Si vous parcourez ce forum, vous allez vous rendre compte qu'il y a des posts qui restent sans réponse, preuve du manque d'intéret que les grioonautes accordent au sujet. Répondre à mes posts dénote, il faut bien le reconnaître, d'une interpellation subjective de votre conscience. Je vous aime bien, mais sur ce point, je ne peux rien pour vous.
Vous vous montrez condescendant quant à mon niveau je suppose intellectuel. Je trouve cela malsain, mais ceci doit être un trait de votre caractère. C'est bien dommage, car même si nous n'abordons pas les sujets sous le même angle, vous avez une profondeur d'esprit censée vous mettre à l'abri d'une telle faiblesse.
Pour finir sur ce sujet vraiment sans intéret, vous me renvoyer systématiquement à des pages web ou à des livres pour étayez vos thèses. Même si je n'ai pas votre érudiction, je tiens juste à vous rappeler qu'on fait dire n'importe quoi aux livres. Ce n'est pas parce qu'une chose est écrite qu'elle est vraie.
J'ecris peut être des choses qui ne vous agréent pas, et le principe du forum est que d'autres interviennent pour donner leur position, en présentant d'autres sources - c'est ce que vous faites, avec un certain talent - mais rien ne vous autorise à utiliser ce ton humiliant.
M.O.P. a écrit:
s'il fallait que tous les sujets de ce forum ou j'interviens, aient quelque chose a faire avec ma signature, alors j'interviendrais pratiquement plus.

Je vous présente mes excuses. Je venais d'arriver sur le forum, et dans mon précédent forum, il y avait un module référence qui permettait de faire un lien vers les sites liés au sujet. Je vous présente réellement mes excuses.
Je voudrais simplement que les choses soient claires entre nous. Je vis et travaille au Togo, à environ 25 km de mon village natal. Comme je l'ai dit dans mon post de départ, j'ai bourlingué à travers la planète. Aujourd'hui, je suis au contact permanent avec les paysans, même si par ma profession, je rencontre pas mal de grands de la région. La réalité quotidienne de nos pays est effrayante.
En année de licence de sociologie en 1998 à l'Université de Lomé, j'avais organisé une recherche sur les causes de l'échec des petits projets de dévéloppement. Sur les trois projets qui ont fait l'objet de notre étude, il ressortait clairement que les initiatives avaient été bénéfiques tant que le coopérant était présent, qu'il guidait et conseillait les autochtones, mais dès qu'il partait, tout péréclitait juste parce que la gestion des moyens devenait chaotique. Le chef du village reclamait le motoculteur pour son usage personnel, le trésorier se faisait un prêt pour sa dot ou pour enterrer dignement un parent, et les membres de la coopérative cessaient simplement de travailler ensemble sous le prétexte de plusieurs crises de légitimité. Particulièrement sur un des projet, le coopérant était un jeune belge qui est arrivé dans le village avec rien que son sac de couchage et sa barbe de yippie, mais il a réussi, au bout de dix-huit mois, à mettre en place une coopérative de mairaichage florissante. Dès qu'il est parti, les villageois se sont entredéchirés.
Fils de docteur agronome, j'ai ramené du cameroun en 1989 une variété de maïs extraodinairement productive que mon père, travaillant pour l'USAID à l'époque, m'avait confiée pour le village. Les premières expériences furent fulgurantes, les paysans nous harcelèrent pour obtenir les semences, mais cinq ans plus tard, la variété avait disparu. Les villageois avaient consommé mêmes jusqu'aux semences.
La modernisation de l'agriculture passe avant tout par sa mécanisation, et par l'utilisation de la force animale. Le boeuf a été utilisé en occident, le buffle en orient, pourquoi est-ce que nous ne pouvons pas faire usage d'une telle force pour accroitre les rendements de nos cultures?
Telles sont les questions que je me pose. Je ne suis pas un...comment vous appelez ça, un afro-pessimiste. Ainsi que Chabine a eu le merite de le relever, je n'ai pas le niveau nécessaire pour prétendre à ces étiquettes. Je suis un pauvre gars qui voient ses camarades de banc du primaire avoir l'air de lui dépasser de 20 ans d'age, simplement parce qu'ils s'échinent sur une daba qui n'a pas été modifiée, améliorée depuis la nuit des temps.
C'est cette petite réalité qui me tue. Je suis peiné de voir le lourd investissement en charues, en herses, et semoirs que le gouvernement a fait au profit des coopératives, mais qui reste inexploité parce que la culture atelée exige un long travail d'amenagement du terrain - ce n'est pas moi qui le dis, ce sont les villageois.
Je suis peiné de voir que les maisons dans le village s'écroulent, parce que construites en banco, alors que le village est bordé de collines où la pierre fourmille.
Je suis fièr de mon pays le Togo. C'est le seul que j'ai. Mais je me dois aussi de me poser des questions sur notre quotidien, parce que c'est celui-la que je vis.
Des intervenants ont parlé sur ce topic du vietnam, de l'Inde et de la Chine, qui avaient su compter sur leur propre énergie. Assez curieusement, personne, enfin, les "afro-optimistes" n'ont pas crié aux offraies quand ces personnes ont fait le lien avec la situation de nos pays.
C'est bien dommage. Je ne sais pas qui vit où et qui fait quoi sur ce forum, mais je sais que je vis avec des gens qui souffrent, et j'ai vraiment de la peine à imaginer que si nos paysans n'utilisent pas la force animale, s'ils ne comprennent pas que du fait de l'explosion démographiques ils doivent améliorer les techniques de production et les outils, c'est la faute à la France ou à quelque autre puissance occidentale.
Passez une bonne journée. Chez moi ici, le soleil brille et les filles sont belles. Mr. Green

Publié dans Actualité africaine

Commenter cet article