Si, c'est déja la campagne, pourtant.

Publié le par Gerry

Hier soir, j'étais de passage chez un oncle, avec qui j'ai eu à m'entretenir famille, tout en regardant la télé, la TVT. Et j'ai eu donc à découvrir cette émission, nouvelle, intutulée "Regard sur l'actualité". Le plateau était animé par le précieux Déla Agbo, qui recevait les minitres de la santé et de l'assainnissement. Tout y est passé. Des reportages sur les réalisations des ministères respectifs. On y a présenté l'association Aimes-Afrique - qui réalise un travail de pompier sur le terrain, avec des bénévoles absoluments dévoué, et que j'aurai aimé qu'on laisse de coté- puis les ministres y sont allés de leur commentaires, tout y est passé. Avec bien entendu, comment pourait-on y couper, le très togolais - sur instruction du chef de l'Etat. Je ne sais pas si la HAAC n'a plus de télé ces derniers temps, pour voir cette émission qui va passer sur la chaine nationale, aux heures de grandes écoutes durant toute la semaine. C'est de la campagne déguisée, monsieur le Président de la HAAC. l'article 90 du code électoral est clair là dessus.
« Durant les trente (30) jours précédant l’ouverture de la campagne électorale officielle, est interdit toute propagande déguisée ayant pour support les médias. Sont considérés au sens de la présente loi comme acte de propagande électorale déguisée, toute manifestation, déclaration publique de soutien à un candidat, à un parti politique, à une coalition de partis politiques, faite directement ou indirectement par toute personne, association ou groupement de personnes, quel qu’en soit la qualité, nature ou caractère. Sont assimilés à des propagandes ou campagnes déguisées, les visites et les tournées à caractères économique, social ou autrement qualifiées, effectuées par toutes autorités de l’Etat sur le territoire national et qui donne lieu à de telles manifestations ou déclarations. Toutefois, ne sont pas concernées les activités normales des membres du gouvernement et des autorités administratives. (…) »
Bien entendu, certaines personnes pourraient arguer que cette émission entre dans le cadre de la dernière phrase, mais quand une émission pareille est créée, dans un tel contexte, je préfère la position de mon ami Lambert qui dira certainement:
- Oui, mais Gerry, s'il étaient à notre place, ils feraient pareil.
L'ennui, c'est qu'il n'aurait sans doute pas tort.
Je ne le dis pas parce que je supporte un parti ou un autre, mais je suis pour l'instauration de la culture démocratique dans notre pays. Je crois même qu'à voir la sclérosisation des mentalités, il faudra imposer la démocratie aux Togolais. Le Togolais qui le fera, le chef politique qui l'essayera, ne fera certainement pas deux mandats, car ses adversaires utiliseront certainement cette liberté retrouvée pour l'abattre, mais c'est un prix à payer pour construire un pays.
Pour imposer l'esprit démocratique, il faut parfois aller contre son propre intéret. Certes, une exposition des réalisations du gouvernement peut grapiller quelque voix, et c'est parfois bon à prendre, mais qu'est ce que le pays gagne pour sa longue marche vers l'idéal démocratique. Rien. Et puis, par les temps qui courent, honnêtement, vue que ceux d'en face se rentrent allègrement dedans, pourquoi ne pas faire les choses dans les normes.
Et le ministre Bodjona, qui me parait être le plus pertinent de l'équipe gouvernementale, fais alors une sortie qui me catastrophe. Il dit, dans un article parut sur le site officiel de la République Togolaise:
 « Ce n’est pas parce qu’il y a une élection que le chef de l’Etat va arrêter la politique qu’il a entrepris depuis 2005 ; il ne va pas affamer les populations en raison du processus électoral. Le président poursuivra ses actions en faveur des populations jusqu’au jour des élections », concernant les multiples sorties du chef de l'Etat dans les capagnes ces derniers temps.
Non, monsieur le ministre. Le Chef de l'Etat n'a pas vocation à nourrir, comme un oiseau le ferait à sa progéniture, les populations togolaises. Le dire est une hérésie politique. C'est peut être parce que nous avons passé un demi-siècle a préfesser cette contre vérité que les Togolais à ce jours, ont autant de mal à se prendre en charge. Ah, ce que nous sommes mal barrés, dans ce petit pays.
Mais à y regarder de près, je n'ai pas à me plaindre de toutes ces initiatives. C'est normalement à la HAAC de mettre le hola. Je compare souvent notre situation à celle des Nigériens. Au Niger, pays pourtant ayant connus plus de soubressauts politiques que nous, toutes les institutions de contre pouvoir (HAAC, CENI, Assemblée Nationale, Cour constitutionnelle), se sont opposés au passage en force de Tandja. Ici, chez nous, nous avons plutôt l'impressions que ces institutions de contre-pouvoirs luttent plutôt dans le sens du pouvoir. Même quand les dirigeants sont choisis parmis les factions parfois dures de l'opposition.
La problématique de l'instauration de la démocratie dans notre pays réside justement dans cette inconnue. Pourquoi sommes-nous si versatiles?
Aucun leader politique ne pourra ouvrir une ère nouvelle à cette nation s'il ne résoud cette énigme.

Publié dans Info togolaises

Commenter cet article