Rapatriements des restes de sylvanus Olympio, la manoeuvre est subtile

Publié le par Gerry

Sylvanus-Olympio-b-2-copie-1 L'annonce a été faite lors du discours de fin d'année du Président.

C'est pourquoi je voudrais vous annoncer qu'à partir de 2010, et dans une volonté de panser les blessures résultant de notre histoire tourmentée, le calendrier républicain de l'année sera redéfini. En effet, il me semble et c'est ma conviction, qu'il est essentiel et qu'il est impérieux qu'autour de ce calendrier s'élabore un consensus où se retrouvent toutes les citoyennes et tous les citoyens de la nation.

A cet égard, et dans un souci d'apaisement et de réconciliation, le 13 janvier 2010 sera essentiellement une journée de recueillement et de prière pour la paix, pour la réconciliation et pour la réussite de l'élection présidentielle. Et j'entends par réussite, une élection sans violence, une élection transparente et crédible.

Dans le même esprit, et en relation avec la famille, le gouvernement prendra les dispositions nécessaires pour le retour au Togo des restes du Président Sylvanus Olympio, premier Président du Togo, afin que la nation lui rende les honneurs dus à son rang.

La manoeuvre est subtile. Certains, comme l'Obuts de Agbéyomé, ont dénoncé une mesure électoraliste. Elle ne le sera réellement que si, en 2011, on reprenait la célébration fastueuse du 13 janvier, bien entendu, à condition que Faure reste au pouvoir. D'ailleurs, ceci ne concerne que l'arrêt de la fête.

Pour les autres déclarations, je note que le Président parle, pour le retour des restes du père de l'indépendance, (et j'ai remarqué que le ministre Bawara use de ce terme à souhait pour désigner SO), d'une relation avec la famille. Et c'est là où tout devient intéressant, et justement où la manoeuvre est subtile.

La réponse revient à la famille Olympio, où, si mes informations sont bonnes, Gilchrist n'est pas le patriarche. Et même s'il en était, il devra répondre à cette proposition non en chef d'un parti de l'opposition, mais en chef de famille. Au démeurant, si un parti devrait réagir à une telle proposition, c'est au PUt aujourd'hui disparu, que la réponse devrait revenir, puis que l'UFC n'a jamais prétendu être une émanation du CUT.

Cependant, il faut reconnaître que le proposition renferme un piège politique terriblement bien pensé. Une sorte de supplice de tantale. si la famille répond par l'affirmative, (allez, au 50ème anniversaire, on peut faire un geste fort de reconciliation nationale, non?) et qui va faire cette réponse? ceci irait à l'opposé de la posture extrémiste toujours adoptée par les partisans de l'UFC. Il ne faut pas oublier que Agbo, pour avoir simplement accepté le poste de premier ministre, tel qu'il était stipulé à l'APG (gouvernement d'union national dirigé par un membre de l'opposition) a été traité de collabo par les UFCistes. Alos, comment expliquer à leur base qu'au moment ils vouent au gémonies le gouvernement de Faure, il pactisent avec lui pour le retour des restes de leur icone.

Mais un refus aussi est dangéreux, car cela signifierait tout simplement que l'UFC, ou G.Olympio, est complètement opposé à la reconciliation. Pendant cette période pré-électorale, il ne faut pas oublier que l'électorat visé, ce sont les indécis. Comme je le dis, si aux législatives, le RPT a totalisé 32% de l'électorat, l'UFC 30% et le car 6%, il reste donc 32% de notre électorat à courir. Et le RPT n'a besoin que de 18% pour remplir la jauge. Le refus de l'UFC peut être bénéfique au RPT justement pour ces 32% restant.

C'est curieux, nous faisons la politique chez nous comme s'il n'existait pas de statistiques, que les sciences sociales et les sondages n'avaient pas de prises sur nos comportements sociaux. Sacré pays va!

Donc, supplice de tantale que cette proposition. Ce matin, à mon réveil, je me disais bien que Gil n'avait pas à se taire trop longtemps sur cette affaire, d'autant plus qu'aux lendemains du discours présidentiel, l'UFC, par le truchement de P. Lawson, dans une déclaration laconique, avait prudement avancé que même si son parti trouvait que cette proposition du chef de l'Etat procédait du dilatoire, il laissait à la famille Olympio le choix de sa réponse. Ce qui était sans doute très sage.

Et bien, je me trompais. Dans une déclaration rendue publique ce matin (ou hier soir, je ne sais pas), L'UFC dénonce et condamne fermement cette manoeuvre électoralistes et inacceptable.

Enfin, et c'est là où je trouve que Koffi Yamgnane a raison de lire Sun zu. En faisant cette proposition, les stratèges du Président savaient exactement la réaction de leur adversaire. Sur un champ de bataille, si mon ennemi, sachant que j'ai une cavalerie lourde sur mon flanc gauche, y lance une vague d'infanterie légère,  est-ce bien sage de sonner la charge,? Que dit Sun Zu dans une pareille situation? Ne me le demandez pas. Achetez le bouquin, en espérant qu'il ait déja traité d'une telle situation. Le cas togolais ayant ceci de particulier qu'il est... et bien, particulier.

Allez, je file. Faut gagner pitance.


Publié dans Info togolaises

Commenter cet article