Où est passée Mme LIMIP? ou comment faire des affaires chez nous.

Publié le par Gerry

Ah, il me faudra un jour écrire un livre, sur les péripéties des millieux des affaires ici. Pas de grandes affaires, avec des dizaines de millions, non, des toutes petites, qui font vivre les petites gens comme nous.
La dame avait une certaine prestance, grande, avec tout le charme que pouvait avoir une africaine de cinquante ans.
Je la prenais pour une sorte de maman par procuration. Aussi, lorsqu'elle débarque dans mon bureau pour me raconter toutes les misères qu'elle a eu au togo depuis un certain nombre de jours, je la crois sur parole et je me mets à son service. Tout y passe, prestations en communication, mise à disposition de ma voiture, assistance financières, location de matériel, tout. Elle avait des références solides (amitié avec les grands de ce monde et même du Togo), et en bon chef d'entreprise aussi, je me disais qu'une femme de diplomate ne saurait faillir.
Sauf que depuis maintenant près de quatre mois, la bonne femme s'est volatilisée. Zéro réponse au téléphone, (tiens, je lui ai même filé un téléphone), zero par email. Nada.
Faut finalement croire que je ne suis pas taillé pour ce boulot. Ma formation d'officier (et le panache si cher à nous autres saint-cyriens) m'empêche de voir la ruse derrière toute personne qui débarque dans mon buerau.
Allez, madame, j'espère que quelqu'un lira ce post et vous demandera de mon contacter, car au-dela de tout, je vous ai à la bonne. Nous avons trimé ensemble dans les rues de Lomé, à la poursuite d'une jeunesse qui n'en avait cure de tes projets pour elle. Je t'ai vu tomber bas, et souvent te relever avec un courage que j'appréciais. Alors, où que tu sois, par la moustache de mon grand père Ignace l'irréductible, donne de tes nouvelles.
Quant à moi. Cesserais-je de voir du bon derrière tout homme? Euh, ça manque de panache, non?

Publié dans Inspirations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gerry 22/12/2009 23:08


Maivaise idée. Je préfère moi continuer à voir le bien partout, quitte à mettre des oeillère quand le mal débarque. La candeur a ceci de merveilleux qu'elle nous transporte dans notre enfance.
Je veux rester un éternel enfant.
:)


Talyate 22/12/2009 22:32


Gerry,

Suite a l'echec de mon ecole de maintient, je vais me reconvertir en ecole d'apprentissage du sens commun, ou comment voir le MAL partout ou il se trouve...
qu'en penses tu?
:)


kakou 12/12/2009 12:59


Salut Gerry.Il t'arrive d'écouter la musique togolaise?Ton histoire de mme machin ne va plus t'arriver si tu écoutes les paroles de Oro Below  (Wels'ny) dans sa chanson dont voici un extrait:[
Comme toi j'étais gosse par mes pensées...Comme toi je croyais en mes idées érronnées...]Et il continu un peu plus loin[c'est pourquoi la confiance d'autrui je ne suis plus dévouée... la confiance
n'exclu pas le contrôle...drôle de rôle pour toi...parmis tes amis les faux dominent les vrais...l'argent a fait de l'être humain l'animal le plus dangereux du monde...on ne sait plus qui est qui
,qui fait quoi, qui ,qui et j'en passe]Mais te connaissant je sais que tu as déja médité sur ces paroles il y a longtemps.Et c'est avec plaisir que je lis tes errements. Prends soins de toi


woamba 11/12/2009 18:25


Merci de nous faire partager ces expériences.
La vie en Afrique est bien dfférentes de celle en Europe, il faut y vivre pour s'en apercevoir.

Bonne continuation


Sami 10/12/2009 11:08


Le premier commentaire ne serait-il pas de l'enfoiré? Ça lui ressemble. Mais il a raison!!!