La question de décentralisation de nouveau au tapis

Publié le par Gerry

http://www.fao.org/docrep/007/y2006f/y2006f02.gif
Durant la campagne, le candidat sortant a parlé de l'organisation prochaine d'élections locales, à la suite de celles qui viennent de se dérouler. Pour moi, c'est la seule bonne nouvelle de cette campagne. Même si je déplore qu'une telle réogarnisation de notre administration, si nécéssaire à notre développement, soit obligée de passer par la case campagne.
Nous sommes probablement l'un des rares pays de la sous région a ne pas avoir de collectivités locales (ou territoriale) capables de tirer, controler et gérer l'effort au développement. Je croyais que dès 2005, nous allions nous y lancer.
Il faudra avant tout que ces élections (comunales, générales et régionales) sortent d'abord de la logique politicienne. Si elles sont sous-tendues par la représentation (poids politique) de chaque parti sur l'échéquier national, elles ne nous serviront dans ce cas à rien. Elles seront à l'image de notre assemblée nationale, où les députés, du parti au pouvoir tout comme de l'opposition, sont figés dans un immobilisme terrifiant pour une démocratie. Les Députés du RPT sont encore dans la logique du parti Etat, où ils attendent de recevoir des ordres du président. La représentation du peuple est une vertu qu'il faudra peut être contraindre nos députés à avoir. Pour l'opposition, c'est plus cocasse. Ils arguent qu'étant miinoritaires, il n'ont aucune chance de faire voter une loi. Il faut attendre. Où sont les lobbies parlementaires? Où est le Togo?
Donc, des élections locales anticipées ne doivent pas nous projeter dans la même situation. Le Togo n'a pas l'expérience de la décentralisation. Aujourd'hui, les syndicats sont presque aux abonnés absents. Coment je l'ai écrit quelque part, les politiques ont réussi à politiser la société civile. Il n'y a plus, à vrai dire, d'institutions de contre pouvoir.
Si nous organisons des locales sans prendre le temps de faire une formation civile au citoyens, une formation professionnelles à tous les prétendants à ces postes. Demain, nous ne retrouverons avec des maires caisses de résonnances, comme c'est le cas aujourd'hui au parlement.
et le developpement décentralisé, nous le chercherons encore à la lampe tempête en plein jour.

Publié dans Info togolaises

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

François Blao 06/03/2010 16:21


Vivement ces élections locales. Les plus importantes à mon avis pour pouvoir promouvoir le développement à la
base dont a besoin ce pays pour le sortir de son état galipoteux, crasseux et crade, si je peux me permettre de le comparer avec les pays voisins. Il y a un 20 ans, ces pays étaient au
même niveau, dans le même état que nous. Mais aujourd'hui, y a pas match! Et pourtant les atouts, nous les avons. D'ailleurs, depuis un moment, nos
gouvernements successifs comptent dans leurs rangs le portefeuille du développement à la base. Très
important pour rapprocher l'administré avec ses dirigeants et la chose publique. Et pour la formation civique, je pense pour ma part que nous disposons de la ressource humaine compétente, ici comme
à l'étranger. N'oublie pas qu'il y a plus de médecins togolais à Paris qu'au Togo! C'est pareille pour les autres domaines.