La fin des temps

Publié le par Gerry

15335Je reprends à dessein ce titre de l'excellent essai de Francis Fukuyama. Au Togo, hier, on aurait dit que le temps s'était arrêté, figé, fini.

Certes, beaucoup de rumeurs circulaient, mais personne, et surtout moi, ne pensait réellement que les choses étaient à ce point avancées. Hier, un jeune m'a dit que c'était un peu comme on lui disait que Dieu n'existait plus. D'autres personnes l'ont hué en disant que Gil n'était pas Dieu, mais moi, je l'ai compris. Enfin, je l'espère, car si moi aussi je parle de fin des temps, c'est juste pour dire que désormais, l'espérance est morte.

Je m'explique. Durant 50 ans, les Togolais ont tour à tour indexé le colonialisme, l'Eyadémaïsme, les "félons opportunistes" de la période de transition, puis encore le clan Gnassingbé pour justifier leur misère. Dans ce contexte, il était plutôt de bon ton de souhaiter l'alternance, ou le renouvellement de la classe politique pour voir émerger un Togo nouveau, pacifié, prospère, un pays où coule l'or et le miel. Nombreux sont les Togolais qui s'appuyaient sur ce sentiment lénifiant de lendemains qui chantent, pour supporter stoïquement leur quotidien bien morose.

Désormais, tout est, ou presque, fini. Le Frac finira bien par déposer les armes, déja bien fragilisé par cet accord (historique, j'espère avoir le temps de revenir la dessus) et les possibles victoire de Gil durant cette nouvelle aventure.

Le grand gagnant de cette histoire, c'est bien entendu Faure. En réussissant le pari de s'imposer cette ouverture (le jeu n'était pas bien difficile, le parti RPT n'étant plus qu'un organe consultatif), il reste aujourd'hui sur la scène nationale et internationale le seul maître à bord. Ce faisait, il a montré qu'il domine amplement les barons  (RPTistes ou jeunes loups) du sérail, qui se sont opposés jusqu'à la dernière heure à cette ouverture (par gourmandise et par logique aussi (comment partager le pouvoir quand on a autant lutté pour l'avoir)). Il en sort gagnant aussi parce que un éventuel echec de l'action gouvernementale sur les cinq prochaines années ne seront pas à mettre à son seul actif. Et ainsi qu'on l'a fait cette années lors des élections, on n'hésitera pas à parler de ces deux ou trois années (cela ne saurait aller plus loin) où une recherche de la reconciliation nationale a été ménée. Faure gagne aussi des points parce qu'il aurait, par cet accord, montré qu'il est aussi sincère dans son désir de faire avancer le pays, (oui, oui, je sais, l'enfer est pavé de bonnes intentions). Il a fait preuve dans ce dossier d'un conrage qu'on retrouve rarement en politique.

Les grands perdants sont par contre, Gilchrist et Fabre. Gil, vis à vis de son électorat qu'il a formé au radicalisme entêté. Qu'il le veuille ou non, il ne pourra pas éviter le sobriquet de "traitre", de la part de ses fans d'hier. Et aussi bien qu'Agboyibor ou Edem Kodjo, un rebondissement lui est cette fois-ci impossible. Mais il ne gagne pas en change vis-à vis de ses adversaire hier, qui le considèrent aujourd'hui comme au mieux un opportuniste, au pire un mendiant, car Gil ne vient pas au gouvernement avec dans la gibercière un argument (électoral) de poids. Ceux qui battent pavé sont du Frac. L'UFC a toujours au parlement que 27 députés, pas de quoi empêcher le RPT de faire passer ses lois. Donc pour Gil, la seule issue qu'il lui reste, c'est d'envoyer au gouvernement des hommes qui prouvent leur valeur. Je ne vois pas comment, dans un régime présidentiel, doublé d'une centralisation des dépenses du gouvernement (le ministère des finances parfois se comporte comme une caisse de paiement) un ministre peut montrer quoi que ce soit, quand le premier ministre lui même n'arrive pas à prendre ses marques. Et puis, il y a la solidarité des ministres. J'ai comme l'impression que Gil croient qu'il va commander les ministres directement depuis son siège. 

L'autre perdant, c'est le Frac, bien entendu. D'abord, les soubressauts connus par l'OBUTS, puis par l'Alliance l'ont considérablement fragilisé. Et le récent accord le casse davantage. Déja, j'écoute certains jeunes soutenir officiellement Gil. Le Frac, en décidant de verser dans l'extrémisme et la négation d'une possible victoire de Faure, va fatamement se sabordé. Il me souviens que dans un autre acticle, j'avais déja pourfendu cette attitude qui veut que on ne gagne pas, c'est que les élections ont été truquées, et ceci sur la base d'aucun sondage, et ne présentant aucune preuve concrète. Et puis de toutes les façons, il faudra que les marches d'une façon ou d'une autre cessent. Cela risque de se faire comme pour la grève générale illimitée. Personne ne saura quand ça finit. La seule issue qui reste pour Fabre, à mon avis, est de transformer rapidement le Frac en parti politique, et de rationaliser (je n'aime pas le mot) son langage. L'extrémisme n'a jamais rien produit de bon.

Le vrai perdant de l'histoire, sera le peuple togolais si dans six mois, les résultats de ce tendem ne se font pas sentir. car à l'espoir naissant que j'entrevois dans le regard des loméens, se succédéra alors le désespoir, père de toutes les folies.

Or, en réalité, je le dis à qui va, notre problème au Togo n'est pas tant les accords politiques, ni leur application, le problème premier ou les problèmes majeurs, sont la disponibilité des cadre (depuis 93, les cadres de qualité ont fui le pays, et aucune politique de formation et de mise à niveau sérieuse n'a jamais été entamée), la récupération de l'envie de travailler, la mise à disposition des outils accompagnant cette envie, et la lutte sans merci contre la corruption et l'hyperprésidentialisation. Sans tous ces atouts, nous pourrons avoir pour mille ans de 1000 fois le budget des USA, nous ne sortions pas du ruisseau.

Allez, disons que pour le Togo, croisons les doigts. Que ça marche... enfin.

 

Publié dans Info togolaises

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Obambé GAKOSSO 09/06/2010 16:52



Gerry,


 


Je n'ai jamais cru aux gouvernements d'Union nationale ni à leurs jumeaux appelés avec des vocables différents. Mis à part en temps de guerre, je ne connais aucun pays où cela a marché.


J'espère que l'UFC aura les c... pour virer Olympio fils car c'est une honte: "Tout ça pour ça", serais-je tenté de mettre comme épitaphe sur la tombe politique de cet homme qui me fit rêver un
peu, il y a belle lurette.


 


@+, O.G.



David 03/06/2010 10:44



Bonjour,


 


C'est avec plaisir que j'ai découvert ce blog où respirnt la quiétude, le sens de l'analyse et un parfait recul devant les événements du Togo. Vos reflexions vont de la politique jusqu'à
l'agriculture. Continuez à nous nourrir de ces reflexions apaisées.


Cordialement


David