J'ai vu dépouiller un bureau de vote...à Paris.

Publié le par Gerry

IMAG0033Lorsque Jean, hier soir, m'a demandé de l'accompagner au bureau de vote, pour le dépouillement des bulletins, tâche pour laquelle il s'était porté volontaire, je n'ai pas hésité. Toutes les expériences sont toujours bonnes à prendre.
La salle est libre d'accès. Je ne suis pas surpris, mais admiratif tout de même. Cela change un peu de l'ambiance tendue qu'on retrouve dans nos bureau de vote au moment du dépouillement. Le maire de l'Etang la ville, un monsieur aimable et chaleureux, me serre vigoureusement la main quand Jean fait les présentations. Il me dit que le département des Yvellines est en partenariat avec le Togo, ceci pour l'année 2010. J'acquièce, mais tout au fond je suis furieux. Voici encore de l'argent que nous avons certainement perdu. Le Togo n'a pas de collectivité locales, donc un telle partenariat va se retrouver confronté à l'Etat. Et le département n'investira pas avec l'Etat. Vivement que la crise s'estompe et qu'on se mette au travail.
Le dépouillement, est de l'aveu même du maire, empirique. Chaque parti possede sa liste. Tous les bulletins sont envoyés au votant soit à domicile, soit il les retrouve au BV. Une seule liste est laissée dans l'enveloppe puis dans l'urne. c'est efficace. Il 'y a très peu de bulletins nuls (2 seulement, dans notre BV: certes, c'est quand même une commune bourge quand même, l'Etang la ville).
Tout se passe dans un climat bon enfant. Difficile de dire qui appartient à quel parti.
En une heure, tout est torché. Serrage de mains, puis retour au bercail. C'est beau, la démocratie, parfois. Et surtout la maturité dans ce domaine.

Publié dans Coups de coeurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article