France ô France

Publié le par Gerry

Beaucoup de déplacements dans la région parisienne, et quelques réflexions qui me traversent l'esprit comme ça.

Français de souche: Il 'y a deux jours, j'étais dans un train, et sur la dizaine de passager, il y avait un seul occidental (impossible de savoir s'il était français). Sur le coup, je me suis dit que si j'étais aussi français de souche, je les aurai en position haute tout de même. Ce n'est pas bien raisonnable (nous avons fait la guerre pour eux tout de même), mais ce genre de sentiment n'est jamais vraiment raisonnable.

Minorités visibles. Hier nuit, à chatelet les halles. Des centaines de jeunes ( on me dira des quartiers mais je ne les connais pas, ces quartiers) dans les halles. Des percings partout, desfrings de grandes marques, du bling bling, et un langage à fixer au croc. Il avancent, bousculent, crient, hurlent, provoquent. Je me suis fait tout petit, sans rien comprendre. Est-ce une façon de prouver qu'on existe. Je ne sais pas. Mais avec des percing partout, je ne crois pas que j'en embaucherai un dans ma boite, à Lomé. Je pense même que dès qu'un mec avec un tel langage entrera dans mon bureau, même sans le percing, je croierai qu'il les a enlevé avant d'entrer. Je me suis rendu compte aussi qu'il y avait, sur certaines lignes que j'ai emprunté, de jeunes "blancs" avec les même habitudes. Du coup, l'affaire de minorité visible n'est peut être plus raciale. Les chaînes en or suffisent.

Burqa, ou Anika. J'ai cherché dans les rues de Paris, surtout aux halles, des femmes en burqua, j'en ai pas trouvé. Et du coup, j'ai imaginé les scénaris suivants:
Scénario 1. Une semaine avant la signatude d'un gros contrat portant sur l'achat de plusieurs rafales par l'arabie saoudite, l'épouse du roi décide de venir faire des emplettes à Paris. Et elle descend les champ elysées en burqua. On l'arrête (avec le risque de supprimer des milliers d'emplois pour un morceau d'étoffe) ou on ferme les yeux.
Scénario 2. Au bout de trois ans de dures négociations, l'iran décide finalement à suspendre son programme nucléaire. Les accords seront signés à Paris. La secrétaire d'Ahmadinéjad porte la gurka. Sans elle, pas d'accord. Alors, on va dans un autre pays signer l'accord?

Voila. c'est au moins la preuve que le froids n'a pas engourdie mon cerveau et que je gamberge encore.
Bonne fête de saint-valentin à tous.

Publié dans Inspirations

Commenter cet article