Démocratie et consciences

Publié le par Gerry

Il y a deux jours, je lisais dans un journal un article traitant d'un don de ponceaux (10) par le chef de l'Etat, à certains habitants de la préfecture de Vo. Dans une post traitant du site internet de la présidence togolaise, je soulevais déja ce risque d'hyperprésidentialisation que nous avons connu du temps d'Eyadema. C'était peut être à la mode à cette époque là, mais un peu suranné au 21éme siècle,non?
Je reste persuadé que ce glissement est l'oeuvre des courtisans de tous bords, désireux de montrer patte blanche, tout en espérant grappiller quelque reconnaissance qui ne sera peut être pas oublié aux lendemains des élections. Dans mon billet concernant les fraudes électorales, je pointais déja du doigts ces opportunistes qui n'hésitent pas à faire vivre une chimère rien que pour se mettre en valeur.
Cependant, c'est le silence, ou parfois l'onction donnée à ces innombrables opérations de séduction qui est inquiétante. Car s'il faut reconnaitre que les dons de livres, médicaments, ordinateurs, vivres et autres ponceaux contribuent à alléger les souffrances des populations,il ne faut pas oublier non plus qu'un gouvernement, dans l'Etat providence qui est le notre, a justement pour vocation de soulager la misère des populations. Dans un etat providence, il est naturel que le budget de chaque ministère programme une serie d'actions, suivant un cahier de charge établi suivant les priorités, destinés à être projetés au profit des populations. Ces opérations ne sont efficaces que si elles sont coordonnées avec les collectivités locales, et surtout, surtout, si elles se répercutent dans la durée. Les opérations coup de poing des dons ne s'inscrivent malheureusement pas dans une politique de developpement durable.
Ce qui me turlupine dans tout ça, c'est l'image que nous renvoyons. Il n'y a pas si longtemps, j'ai entendu le ministre Bawara dire que les engagements de nos partenaires tardaient à se traduire par des décaissements de fonds. Et que notre administration manquait de maîtrise des système de gestions des finances internationale. En langage clair, nous avons un problème de gouvernance.
En multipliant ces dons qui dépassent de loin ce que le gouvernement arrive à faire dans les même domaine, est-ce qu'il ne se pose pas un petit problème lié aux allocations des ressources de l'Etat? Parce qu'il existe une confusion trouble dans la désignation des faits. Les articles parlent souvent de dons de la présidence. Si c'est la présidence, c'est qu'elle a un budget surévalué alors, puisqu'elle prend ses ressources propres pour aller piétiner sur les platebandes des autres ministères. Si c'est le Président, avec ses propres fonds qui fait ces offres, c'est que nous en avons un de très riche (et c'est tant mieux), mais dans ce cas, il est plus loisible que ces fonds soient mis à la disposition d'une organisation de la société civile pour ses actions ciblées sur le terrain (ONG, Association). Lorsque par exemple le ministre de la santé remet des médicaments à une population en disant que c'est un don du chef de l'Etat, nous sommes alors dans la première situation, et il faut conclure à un sur-approvisionnement du budget de la présidence.
Enfin, si on retourne sur le terrain. Le danger de cette générosité reste le développement de l'attentisme et de l'assistanat. Il n'est pas rare d'entendre aujourd'hui de braves paysans se plaindre de ne pas avoir profité des largesse du président. Pour demain, ça le fout mal.
Par contre, sur le plan exclusivement politique, il faut croire que la manœuvre vaut la chandelle. La population est reconnaissante, et peut avoir tendance à le manifester plus tard. Tel est malheureusement le dilemme de l'homme politique au Togo. Faut-il mener des actions à l'opposé de la bonne gouvernance (dixit Bawara) pour s'assurer le soutien du peuple, (tout en perdant une partie du financement international, ou appliquer autant que faire se peut toutes les recettes de (cette foutue) bonne gouvernance, au risque de, si en face l'adversaire ne joue pas le jeu, perdre le fauteuil de l'exécutif. C'est caucasse, de là à dire que la bonne gouvernance conduit à l'échec électoral, il y a un pas.
Une fois encore, c'est au peuple que revient la décision finale. Car un peuple épris de démocartie, dans l'acception contemporaine du terme, ne saurait être sensible à ces démonstrations. Mais connaissons-nous réellement notre peuple?

Publié dans Info togolaises

Commenter cet article

Obambé GAKOSSO 08/12/2009 11:44



Un chef d’Etat qui
fait des dons… je crois rêver à chaque fois que je vois ça. Frère, sais-tu qu’au Burundi, le jeune (46 ans le 18/12/2009 prochain) président Pierre Nkurunzinza a une cellule a la
présidence de la République qui « gère » ce genre de cas ? Les gens affluent de partout pour poser leurs problèmes de loyers, de soins…


Tu fais bien de
souligner le rôle des courtisans. On les connaît. On a souvent envie de plaire au chef et on ne mesure pas les conséquences de ses actes. Aux chefs suprêmes, aux guides non éclairés de prendre
les mesures.


 


Au plaisir,
Obambé