ça manque de panache

Publié le par Gerry

http://www.togorenaissance.org/wordpress/wp-content/uploads/2010/04/187377.jpg Autant j'ai parfois, dans mes analyses, été sévère contre le leader historique de l'opposition, autant le sort que lui a réservé ses militants le samedi dernier me parait revoltant, injuste, et particulièrement humiliant pour quelqu'un qui, toute sa vie durant, a consacré son temps à lutter contre le régime en place au Togo.

Certes, ses choix ont parfois été contestables, lorsqu'ils ne flirtait pas carrément avec le terrorrisme, mais il ne m'appartient pas de le juger, d'une part parce que la justice est là pour le faire, et d'autre part parce que ses motivations étaient d'un ordre que je n'appréhende pas forcément. Mais de là à être soumis à une telle opprobe, cela dépasse l'entendement.

En réalité, que les jeunes militants conspuent le leader du parti à son arrivée au meeting. Je le comprends aisement. Il est vrai que l'attitude de ce dernier, qui n'a au démeurant jamais changé (Gil est le spécialiste des réactions inattendues, imprévisibles, enrobées de cette suffisance qui le rend si inaccessible) ne pouvait pas lui attirer la sympathie de la masse plus prompte à interpréter qu'à analyser.

Mais que les leaders n'aient pas saisi le danger contenu par cette réaction épidermique de quelques jeunes en mal d'action, voire montés par quelque main mystérieuse, c'est là que je ne comprends plus nos politiciens. (enfin, je le dis tout le temps)

Ah! le panache que cela aurait été, de voir Fabre fendre la foule, allez extirper son mentor de la cohue, et le ramener triomphalement sur le podium. ça, c'est le panache.

La ruse politique aurait voulu au moins qu'ayant manqué de panache sur l'instantané, que les leaders du FRAC condamnent aussitôt après la minifestation l'agression dont a été victime Olympio, tout en insistant sur la nécessité de sauvegarder l'unité du parti.

En se laissant emporter par cette guéguerre aux conséquences désastreuses pour leur image, ils ont renforcé leur isolement, continuant à donner l'impression, vu de loin, qu'ils forment une bande de copains capricieux voulant avant tout garder le haut du pavé.

Comment diable condamner le pouvoir en place pour l'intransigeance dont il fait preuve à votre égard, si vous mêmes vous user des pratiques si peu chevaleresques envers celui-là qui (quelques soient ses défaut) vous a sans doute donné de la visibilité.

Comme on le dit quelque par chez nous, le singe sale se mange en famille, si seulement ils décidaient de le manger entre eux, leur macaque, tout en donnant à l'extérieur des signes d'unité.

C'est le Togo (puis que la presse internationale ne parle que de ça) qui gagne, quand ses fils font preuve d'un si remarquable flair politique.

Allez, je vais dormir. Qu'ils se le partagent en public, leur  o na zo*.

 

* les Togolais, surtout de Lomé, connaissent ce sckecht où un gibbon hurle, en courant: o na zo! o na zo!

Publié dans Info togolaises

Commenter cet article

Essoh 25/04/2010 19:49



Je crois c'est peu dire quand on dit qu'on a l'opposition la plus nulle de l'afrique.C'est en fait la plus nulle de la galaxie.Soit on est politicien soit on ne l'est pasChez nous on dirait la
politique est assimilee a la marche et des vociferations inutiles.Au lieu de se preparer pour les echances de 2012 nos pseudo-apprentis politiciens passent leur temps a  balayer les rues de
la capitale(a coup de dimakpla) tous les samedis et a faire les bonnes affaires des vendeuses de bougies.Ce qui est surpenant est qu'a deux semaines des legislatives on se rendra encore a paris
pour se partager les postes de l'assemblee,revenir a lome et tergiverser entre aller aux elections ou les boycotter.Ma question est de savoir c'est quoi la strategie de L'UFC si strategie il y a?


La doctrine Olympio"soit vous etes de l'ufc soit vous mangez a la meme table que l'ennemi" je crois l'etau se referme sur le monsieur pour qui j'ai beaucoup de respect.Tout ce que l'on peut dire
est que monsieur Olympio avait a un moment besoin de s'auto-eduquer en matiere de strateqie politique,et en communication.Dommage mais je crois que les gens ont la gomme a la place du cerveau et
prennent la communnaute internationale pour acquise oubliant que les jours passent et ne se ressemblent pas,et oubliant que leur horloge biologique ne marque jamais de pose



Tamakus 25/04/2010 15:24



  C'est assez curieux tout ce qui se passe au Togo. Meme ici les vrais farouches supporteurs de l'UFC ne savent plus quoi dire. Moi j'ai vraiment l'impression qu'essayer de supporter
l'un ou l'autre des politiciens au Togo est une perte du temps.Comme tu l'as dit Gerry, on se demande quel est vraiment l'objectif de l'opposion au Togo??? S'il ne peut pas d'unite au sein du
meme parti, pourquoi chercher meme l'unite au sein de plusieur partis??? Puisqu'il est maintenant clair de plus en plus, je crois qu'en attendant que de vrais leaders naissent pour le Togo, tous
les acteurs politiques actuels devraient juste a tour de role prendre des postes ministeriels, se bourrer les poches et laisser la population tranquille avec les miettes dont elle est maintenant
plusqu'habituer. voila.



alex p badakpendou 24/04/2010 23:27



tous les togolais connaissent le mal de l'opposition togolaise sauf les opposants eux-meme. l'objectif de la conference nationale souveraine etait de donner a eyadema une retraite tres
humiliante; il a su s'en sortir parce qu'au sein de l'opposition de l'epoque des politiciens etaient prets a le servir encore. olympio est le seul qui n'a pas voulu manger le gari dans lequel il
a mis du sable, et ses vieux amis pensent qu'il est temps pour lui de partir, sans pour autant reconnaitre que l'opposition actuelle lui doit sa survie depuis pres de 20 ans. c'est tres simple:
il n'y a jamais eu une opposition de principe au togo, elle a toujours ete et sera pour longtemps encore une opposition tribale, arrogante et manipulatrice des aspirations de la population. il
n'y a pas de place au pouvoir pour l'oppostion la plus ridicule d'afrique. il n'y a pas de democratie au sein de l'oppostion togolaise et nous n'avons pas de lecons a recevoir de ses chefs.