King Mensah au ccf, Vanessa Worou et le piège du Liban

Publié le par Gerry

Vendredi dernier, j'étais au CCF pour suivre en direct un show improvisé de King Mensah, organisé pour aider la chanteuse togolaise Wanessa pour sa participation aux jeux du Liban.
C'est la première fois que j'assistais à un tel spectacle, et j'avoue qu'un moment, j'ai eu les larmes aux yeux, ému et fier de cette explosion de notre patrimoine. Un King en communion avec le public, humain, drole, impérieux, impérial.
J'ai senti comme une houle monter en moi, quand à une des chansons, plusieurs artistes ont envahi la scène, pour exécuter ces dances de notre teroir que nous n'exportons pas. Que voila nous, notre culture qui s'exhibe, qui foisonne telle une fleure tropicale arrogante. Pourquoi ne trouverons-nous pas les fondements de notre unité nationale dans l'exploitation de cette culture?
J'ai regardé sur l'estrade: aucun officiel, même en présence officieuse. Un artiste donne un spectacle pour aider un autre à se préparer pour représenter notre pays à l'étranger, et aucun officiel, pour marquer son soutien. Ah oui, j'oubliais, il y avait l'ambassadeur de France au Togo, et d'autres officiels français.
Demain, on parlera encore de néocolonialisme. Qu'est-ce que nous faisons pitié, parfois.
Quant à Vanessa, je n'avais pas assisté à son spectacle de la semaine dernière. Bien qu'elle soit une chanteuse sublime, en plus d'être une amie, je pense qu'elle a orchestré une fantastique campagne métiatique sur sa participation aux jeux de la francophonie. La preuve, elle a finalement reçu trois millions comme don de la part du président de la République, King, avec son spectacle lui a gratifié de 600 000F, elle a organisé un spectacle au CCF annoncé par des affiches géantes, elle est passé sur la TVT pour plateau de la semaine, sans compter la conférence de presse et titi quanti. Tout ceci est bien, et osé. Sa présence a quasiment éclipsé le peintre Jerry Orlando, pour qui je me demande quel arrangements a-t-il obtenu pour ne pas faire de vague, et l'équipe de ping pong qui représente aussi le pays, et qui, au même titre que Vanessa et Orlando, est succeptible de ramener une médaille de commune valeur.
Le ramdam de Vanessa contient cependant un piège, que son impressario aurait dû lui communiquer. C'est qu'aux jeux de la francophonie, des togolais ont déja ramené des médailles: Sanvee Béno Allouwasio et Sylvain Kodjo Méhoun dans la catégorie Contes et Ass Ayigah dans la catégorie danse en 1989. Donc que Vanessa décroche la médaille d'or n'aura pas le même rétentissement que celle d'un Boupketi par exemple. Par contre, si après avoir crié, après avoir reçu du soutien tout azimut, elle fait un flop au Liban, elle ne pourra s'en prendre à personne, et c'est très mauvais pour son image. Déja, la désignation du malgache Mikea pour le prix découverte RFI 2009, compétition à laquelle notre égérie avait participé, devrait inciter à tempérer un tout petit peu les ardeurs, et voir venir.
Enfin, je me fais des noeuds au cerveau.
Vanessa est pétrie de talents et elle va nous gonfler de fierté au pays du cèdre. Bon vent à toi, Vanessa, et fais casser la baraque.

Publié dans Info togolaises

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article