Ministre avec Eyadema, du Pr. Charles Kondi Agba

Publié le par Gerry

J'ai passé toute la nuit dernière à dévorer cet essai. Non qu'il soit particulièrement truculent, en réalité, il s'agit d'une compilation de tous les gouvernements qui se sont succédés à l'exécutif togolais de 1958 à 2005. L'auteur même précise dans son avis aux lecteurs, "les biographies sont celles que les intéressés eux-mêmes ont adressé, au lendemain de leur nomination, au journal quotidier national Togo Presse, devenu pour un temps La nouvelle marche."
Alors, s'il n'y a pas un vrai travail de recherche, pourquoi ai-je veillé à le lire? Parce qu'il s'agit d'une chronique de notre histoire contemporaine, qui vient complèter un peu le livre de Agbobli sur Sylvanus Olympio. Ainsi que le dit si bien le Pr. GAYIBOR dans la préface, " les historiens africains, qui savent combien la difficile quête de documents originaux, même officiels, est souvent décevante, ne peuvent qu'approuver une telle initiative, et s'en réjouir".
Notre histoire commune nous échappe hélas, endormie dans le creuset des notre mémoire volatile, à défaut d'être enfermée dans la gangue immortelle de l'écriture. Pauvre de nous. Seulement un demi-siècle d'histoire, et déja voila que la mémoire se dérobe. Pauvre de nous.
Donc une plaisante lecture, pour toute personnes qui cherche à poser une chronologie sur l'enchainement des évènements sous Eyadema.
Certes, il faudra faire des efforts pour venir à bout du livre. D'abord parce que le titre n'a rien à voir avec le contenu. C'est curieux, mais c'est la seconde fois que je lis un livre d'un auteur togolais où on déscend l'auteur dans la préface, sans que l'éditeur ne fasse son boulot, qui est celui de ne pas effaroucher le lecteur dès le survol de la préface. Dans la Déméninge de Daniel Lawson-Body, le Pr Kogoe Akrima avait littéralement pourfendu le roman. Ni l'auteur, encore moins les éditions Graines de pensées, n'avaient pensé à faire nuancer l'avis du rédacteur de cette préface. C'est la même chose avec les Editions de la rose bleue pour cet essai. Le Pr GAYIBOR relève à juste titre, " une remarque s'impose d'emblée, le titre ne reflette pas, en réalité, le contenu du document. Nulle part, ainsi que le lecteur aurait pu s'y attendre, l'auteur ne se met en scène, encore moins Eyadema. En outre, y sont également présentés tous les gouvernements, de 1956 -date de l'octroi de l'autonomie interne- jusqu'en 1967- année qu cours de laquelle Eyadema décide de prendre en mains les destinées du Togo"
Voila, tout est dit, le titre aurait dû être, "ministres au Togo".
Quelques regrets: Que l'auteur, qui a longtemps cotoyé le "baobab", ne se soit pas aventuré à nous faire partager la proximité de Eyadema telle qu'il l'a connu. Quel délice cela aurait été? D'autre part, le Pr. Agba n'a malheureusement pas réussi à se détacher d'un lyrisme qui tranche avec le style docte et concis d'un précis d'histoire, ce qui traduit -il en est libre, heureusement- la fascination qui reste sienne pour toute l'oeuvre d'Eyadema.
Cependant, je ne saurai lui jeter la pierre pour cette subjectivité affichée. Que d'autres, s'ils pensent donner un autre témoignage de cette épopée controversée, écrivent à leur tour. C'est notre patrimoine qui s'en trouverai enrichi.

Publié dans Info togolaises

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pablo (yo) 07/09/2009 16:26

Great blog!!If you like, come back and visit mine: http://albumdeestampillas.blogspot.comThanks,Pablo from Argentina

OURO 01/09/2009 22:55

Excellente critique! Je crois que l'auteur a bien de talents en politique et dans sa spécialité. Il peut nous pondre un livre bien meilleur. Mais, tu connais l'histoire des écrivains et essaistes sous des dictatures. Certes, on pourait ne plus parler de dictature dans le contexte national actuel. Cependant, il me semble que l'auteur n'a certainement pas eu le courage de laisser écrire sa liberté et son génie. Quelle qualité peut avoir un livre produit par un auteur réservé? Quand on écrit sous l'emprise de la peur, on ne peut que produire son livre et non celui qui satisfait  la curiosité des lecteurs. Le jour s'est levé, mais il faut du courage pour s'en persuader.