De la nécessité d'un débat public

Publié le par Gerry

Au Togo, il est une chose qui parait être confisquée par les politiques, c'est le débat politique. Normal, ils sont payés pour faire ce travail. Mais en marge du débat politique, qui à mon sens se réfère à la pratique du pouvoir, aux luttes entre les différents partis pour la conquête et la concervation du pouvoir, il est un autre débat qui dans notre pays est complètement occulté, c'est lelui de la chose publique.
Il sera sans doute difficile de dire avec exactitude quand et pourquoi ce tabou s'est installé dans notre société, mais aujourd'hui, il est impossible de soulever un débat public sans automatiquement attirer sur soi une horde de critiques de tous bords, vous accusant de faire de la politique ( au sens précédent).
Prenons le cas de l'état de nos routes. Elles sont dans un état lamentable. Même celles qui sont rénovées retombent assez rapidement dans la décrépitude, faute d'entretien, agravé par les mauvaises pratiques des riverains. L'état de nos routes peut, doit pouvoir soulever un débat public, où plusieurs intervenants (ingénieurs, industriels, urbanistes, sociologues...)participent pour éclairer, expliciter, proposer..des solutions. Mais non, hélas. Si vous parlez de l'état des routes en mal, vous êtes contre le RPT, en bien, vous êtes contre l'oposition.... Sauf que le trou dans la route, il ne roconnait ni moto de rptiste ni voiture d'ufcétiste.
Il y a une semaine, je disais à un de mes amis que ce que nous semblons ignorer au Togo, c'est que le débat politique n'a de relief qu'en période électorale, après, c'est le débat public, qui n'a qu'un et seul objectif: L'amlioration des conditions de vie des administrés dont les trois pouvoirs ont la charge. Et dans ce proccessus, il n'y a aucune place aux partis, aux factions. Seul l'intéret supérieur du pays, de la nation devrait primer.
Que Dieu bénisse le Togo.

Publié dans Info togolaises

Commenter cet article

goldface 24/06/2009 12:16

Pendant que vous y êtes on est entrain de racler les routes à Kara. Histoire de vous dire que évala est arrivé.Quand à ce qui est de la nationale allez-y savoir ce que SATOM en pense.Dans tous les cas ce n'est ni le gouvernement ni les responsables de l'UE qui ont financer surement sous forme de prêt qui empruntent la route. Et ce seront aux pauvres citoyens de travailler pour rembourser le prêt 

Noël 23/06/2009 12:52

Je suis heureux que tu lances le débat. C'est un sujet qui fait écho à mes récriminations. J'ai su que tu as traversé récemment le Togo, de Lomé à Dapaong. Tu as pu te rendre compte de l'état de délabrement total dans lequel se trouve notre route. Mais comme tu le dis: personne n'a le courage d'en parler car ce serait critiquer Faure, son gouvernement et par ricochet le RPT. Cette réaction primaire et  épidermique est signe que ces messieurs ont quelque chose quand même à se reprocher. Ce que je regrette dans la gestion de ce pays, c'est qu'il n'y a aucun système de suivi et de contrôle. On confie des travaux à des entrepreneurs sans mettre en place un système de suivi et de contrôle. As-tu vu le délabrement de la route dans la faille d'Alédjo? Et si on te disait que la route a été refaite à cet endroit en décembre de 2006? Et donc qu'en moins de trois ans, tout est délabré et que l'entrepreneur à qui le travail avait été confié n'est nullement inquiété, que dirais-tu? C'est te dire, Gerry, que c'est un désordre écoeurant que l'administration de la chose publique au Togo. De toutes les façons, il serait impossible d'installer un système de contrôle. Parce qu'au sommet, ceux qui s'occupent du marché d'appell d'offre font d'abjects tripatouillages que vouloir contrôler, reviendrait à se dénoncer. S'agissant de la route ,il est m'est arrivé de penser que nos dirigeants, ayant échoué à nous faire crever de faim, de salaires bas, de soins sanitaires médiocres, de scolarisation sous des huttes, ils ont confié ,notre sort à la route. Le mauvais état de la route saura nous tuer. Ce qui peut être avancé sans tomber dans la science fiction, c'est que, si rien n'est fait pour cette route, il n'est pas exclu que les générations futures trouveront un fleuve de Lomé à Dapaong en lieu et place d'une route. (Sic) Nous sommes tellement inciques que la chose publique est devenue la mine d'or pour un enrichissement personnel. Le patrimoine national est ainsi dispersé dans les poches personnelles par cupidité. Merci de lancer un tel débat. Si au moins les Togolais pouvaient devenir des citoyens dignes et soucieux du devenir de leur pays! 

goldface 22/06/2009 14:04

bingo!la route c'est la route;dans sa nature elle sert indifféremment les uns et les autres.Mais il n'y a pas que la route.Il ya aussi l'hygiène avec les eaux consommées^par les populations et puis cette fameuse commission vérité justice paix et réconciliation; de quoi tomber vraiment en poitique.J'aimerais ssavoir ce que tu en pense pour ce que j'en pense je te ferai signe dès que mes billet seront publiés.

calixte hountondji 21/06/2009 20:58

chapeau.....  je suis vraiment qu'il y ai des gens comme toi pour nous eclaircir sur ces choses dont nous sommes ignorants....  tous ensemble nous reconstruirons la terre de nos aieux.....

calixte hountondji 21/06/2009 20:52

chapeau.....  je suis vraiment qu'il y ai des gens comme toi pour nous eclaircir sur ces choses dont nous sommes ignorants....  tous ensemble nous reconstruirons la terre de nos aieux.....