Chronique d'un séjour à Kara

Publié le par Gerry

Mardi 12 mai, 18h. Ne pas rater le bus, ne pas rater le bus. Pour avoir accepté d'assister à la conférence donnée par le ccf pour présenter les activités des mois de mai et juin, j'ai été obligé de réserver une place sur les bus à destination de Ouaga. 10 000F à raquer, mais rien à faire si je veux être à Kara le lendamain dans la matinée. Dans le bus, j'ai connu l'enfer. On y passait un drole de film ghanéen de troisième zone. La moitié du bus était accroché, l'autre l'en foutait. Moi, je détestais. eh bien, j'ai été le seul à ne pas avoir trouvé le sommeil durant les 7heures de voyage.
Arrivée à Kara vers 1h. Difficile de trouver un hotel convenable. Les profs d'université sont là. je deniche un bouge pour pas cher, même si les moustiques me font payer l'économie faite à ma bourse.
Mercredi matin. Fignoler le powerpoint pour la présentation, bavasser avec Noel, et ripailler avec Kangni et compagnie au marox kara. Dans l'après midi, atelier de formation sur les blogs. Je suis ravi d'avoir du monde. La salle est pleine. Les jeunes sont enthousiastes. Je sors de la séance lessivé. Mais j'espère que la blogosphère togolaise s'enrichira de quelques blogs dans la semaine.
Jeudi. grasse mat. internet une bonne partie de la journée. 18h00 café littéraire. Là aussi, il y a du monde. J'ai la suprise de voir M. Lawson-Body, l'auteur de la déméninge, dans le public.
Avec Kangni, c'est la complicité totale. Noel taquine, kangni titille, et tous les trois, nous prenons un plaisir simples à être rassemblés. Moments magiques, douloureusement évanescents.
Le public est emballé, et amenés par M Kpatcha, le chef de département lettres modernes de l'université de Kara, les jeunes nous ont abreuvé de questions. une m'a marqué particulièrement, c'est celle qui me demandé, si je ne suis pas entré dans l'armée uniquement pour pouvoir écrire ce livre.
Bref, que du bon moment.
Vendredi. Visite de ma grand mère au village. Hourna, c'est le nom de ma grand mère, est encore une femme robuste, et quand je lui ai dit que j'avais écrit un livre, elle m'a dit qu'elle me soutenait dans tout ce que je faisais. ça m'a ragaillardi, ça.
Kara, 15h, café littéraire du professeur Lawson-body. Kangni a été copté au dernier moment. J'ai filé pour aller organiser une autre réunion. Une  présentation d'opportunité d'affaires sur les produits Forever. J'en parlerai plus tard.
Samedi, 7h, départ, en compagnie des profs d'université, en direction de Lomé.
Que du bonheur, ce séjour.
Moments simples, plaisirs partagés.

Publié dans Coups de coeurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article