Le griot de Pagouda, notre patrimoine fiche le camp

Publié le par Gerry

J'ai retrouvé cette vidéo avec une certaine délectation, juste parce qu'elle représente cette dialectique propre à ce phénomène très à la mode en ce moment, qu'on appelle ethnique.
Normalement, je devrais m'extasier, comme j'ai vu plusieurs personnes le faire sur youtube, devant les prouesse musicales de l'artiste, qui arrive à produire ce son rien qu'avec cet intrument. Si je le fais, je suis soit hypocrite, parce que comparée à d'autres instruments, la guitare, le violon, la cora ou même le balafon, c'est plutôt pouet pouet comme dirait l'autre, soit je suis un fier défenseur de notre culture. Dans ce cas, je serai même disposé à trouver dans le pêt lâché par un bouseux après avoir ingurgité la veille quantité de véyi*, de belles notes musicales, le vent laché par le type étant africain, bien entendu.
Donc, extasions-nous, inclinons-nous devant ces prouesses musicales, ou pourfendons-les, en moquant ces Africains qui, non content de n'avoir pas inventé la roue, malgré qui soient tombés dans le berceau de l'humanité (comme Obélix dans la marmite) ne sont pas fichus de trouver des instruments de musique dignes de leur émotion.
Après toutes ces élucubrations, je ne serai pas plus avancé.
S'il est une raison pour laquelle je suis d'accord avec le phénomène éthique, c'est bien la culture de la diversité, et dans une certaine mesure, la préservation du patrimoine.
Et c'est là que se joue le drame dans notre pays. Ce patrimoine fiche le camp, par la porte de derrière que nous avons oublié de fermer. Ce gars est mort depuis quelques années, et personne (enfin, à ma connaissance) n'a repris le flambeau. Et c'est bien dommage.
En attendant, merci à youtube et au numérique de nous aider à gouter encore ces rythmes qui ont bercé notre enfance.

Publié dans Coups de coeurs

Commenter cet article

K.A. 27/04/2009 10:16

Ces sons "pauvres" et ethniques sont souvent plus inventifs qu'on ne le croit. Je rappele que des musiciens de jazz comme Sun Ra ont traqué toute leur vie la singularité rythmique dans les musiques traditionnelles d'Afrique, les jeunes du Hip Hop n'ont pas fait mieux, crois-en mon oreille de passionné de musique! Un seul rappeur togolais pour s'inspirer du Griot de Pagouda, et tuverras le changement de son qu'il introduira dans la banalité rythmique qui pollue nos radios à Lomé! Vive la musique dite ethnique!

Gerry 27/04/2009 12:02


Loin de moi toute idée de dénigrer ces musiques dites pauvres, mais qui sont, il faut bien le souligner, ce que nous avons comme héritage culturel. Moi par exemple, je suis incapable de tenir sur
place au son du kamgou losso, ou du kamou kabyè. C'est la valorisation de ces richesses culturelles, de même que leur pérennisation que je déplore.
Que ne donnerai-je pas pour trouver le son de cet instrument dans morceau de Jazz, accouplé à un saxo? Je suis persuadé qu'en élaborant l'instrument, qu'en le modernisant, on peut en tirer une plus
grande richesse. Tiens, comme la cora.