Au Togo, l'administration se redresse

Publié le par Gerry

Loin de moi toute idée de faire de la propagande ou toute autre forme de lecheculisme, mais au quotidien, je remarque que certaines habitudes qui ne consitutuaient pas autrefois le lot du contribuable togolais , ont évolué positivement.
D'abord, au mois de février dernier, j'ai recouvré dans la totalité le paiement de certains services que l'agence avait fourni à une direction. Et je n'ai eu à rien payer à qui que ce soit. Autrefois, il fallait faire des pieds et des mains, payer d'interminables dessous de tables, pour finir par ne plus avoir son paiement. Là, j'ai été payé, et dans les temps. Ce qui est curieux, c'est ce sont les même fonctionnaires, soit disant véreux, qui font aujourd'hui preuve d'un professionnalisme exemplaire. Ce qui revient à ce que j'ai toujours pensé, les Togolais sont des gens bien, pour peu qu'ils aient un bon encadrement.
En début de semaine, j'ai été appelé, et sur mon portable, par la chambre de commerce pour que j'aille cherché ma carte d'opérateur économique. Après qu'on m'aie chassé de la Direction des Impots comme un malpoli, la procédure avait quand même suivi son court et ma carte est quand même passée. Mais que de là je sois appelé pour aller la cherher. Il faut croire que des choses avancent, et c'est bien.
Il y a deux jours, j'ai reçu une correspondance du sercice du matériel, pour me signifier du fait de ma mise en non-activité, je ne pouvais plus bénéfincier du logement officier. Un sacré coup d'éfficacité. Ce qui veut dire que des inventaires sont effectués. Autrefois, j'aurai bien pu continuer à bénéficier du logement, jusqu'à mon "activation". Le même jour, ou la veille, je ne sais plus, ce même service avait appelé pour me demandé de dire au propriétaire de la maison de venir chercher un pli au serice. Je suppose le paiement du bail. Que de progrès!
Enfin, voila. Quand c'est bien, faut dire que c'est bien. Là, attention, je ne parle que de mon expérience, en mon nom, et bien là, c'est bon, c'est beau, c'est...Togolais.
Vivement que nous ingénieurs en génie civil se mettent à la partie, pour le bien de mes ammortisseurs, de mes rotules, et pour le plaisir de conduire.

Publié dans Info togolaises

Commenter cet article

gerry 25/04/2009 19:03

oups! loin de moi toute idée d'encenser l'adminisitration de notre pays, qui a encore de beaux jours de contradition devant elle, comme vous le relevez si bien, dans le domaine du génie civil. Le système qui prévaut dans notre enseignement est simplement scandaleux, et j'ai bien envie de dire que celui qui s'en occupe devrait être pendu haut et court (mais c'est plus ou moins déja fait).Nos, je parle d'un microcosme dans un océan de malheur. Il ya du travail de fait, et il faut le souligner, mais pour atteindre le niveau d'une administration telle que celle qu'on retrouve dans d'autres pays. Il faut deux choses à mes yeux. Une cour des comptes, (c'est en cours) et un tribunal administratif. Je suis plus pour la formule française, une juridiction administrative autonome. Je crois que nous ne pourrons pas  y couper.

Noël 25/04/2009 15:42

Mais vous faites bien d'ajouter qu'il s'agit là de votre cas, exclusivement de votre cas. Mais combien d'autres continuent d'être lésés parce qu'ils n'ont pas d'argent pour glisser? Combien sont-ils encore. Savez-vous par exemple que dans certaines écoles, les élèves doiveint payer 200 ou 500 francs pour que l'enseignant reporte les notes dans leur carnet scolaire? S'agissant des ingénieurs en génie civil qui contribuent à dégrader profondément les routes au Togo, c'est qu'il faut installer un système de contrôle efficient. Mais comme celui qu'on va contrôler est celui qui ..., le système de contrôle, c'est pour les calendes grecques!