Conférence sur le racisme: d'un extrémisme à un autre.

Publié le par Gerry

  Ce matin, sur RFI, gros raffut concernant la conférence sur le racisme, et la sortie médiatique du président Iranien. Et là, j'entends le journaliste dire que ce monsieur (que je n'aime pas particulièrement, je n'aurai pas aimé ma femme si elle portait une gurka) a choqué la communauté internationale. Moi, j'avais pourtant entendu des applaudissements dans la salle.
La première question que je me pose, c'est qui c'est finalement cette communauté internationale? J'aurai pu être tenté de dire que c'est l'hydre anglo-saxon (USA, RU, Allemagne), mais déja, lors de la guerre d'Iraq, on parlait de l'opposition de la communauté internationale. N'est-ce pas une sorte de coalition que la France (bien pensante) organise autour d'elle chaque fois qu'elle veut habiller une position ou une idéologie.
La seconde question, est-ce que la réaction aurait été la même si par exemple le président chinois niait le racisme subit par les Tibétains, si un on parlait de le repression des Kurdes? Pourquoi y'a t-il systématiquement un lever de bouclier lorqu'il s'agit d'Israel.
Et là, je me suis rappelé cet article que j'avais lu en début de semaine, au sujet de pratiques abjectes des militaires de l'armée israélienne. Comme vous le voyez sur l'image, les militaires israéliens commanderaient des ti-shirt avec ces inscriptions dessus. De telles pratiques peuvent-elles être tolérées dans d'autres armées? Pourquoi lorsqu'il s'agit des juifs, il y'a un mur, alors que tout récemment en France, on parlait encore d'effets bénéfiques de la colonisation, que le massacre des civils à gazah il ya quelques mois n'a visiblement pas ému cette communauté, et que le massacre des arméniens reste encore un filet dans l'histoire de l'humanité.
Par la sacro sainte liberté d'expression et de contradiction, je ne comprends pas qu'on puisse ainsi vider un débat (qui est important) juste parce que l'Iranien à le sens de la provoque. Imaginons un peu si chaque fois que Lepen prenait la parole dans l'Hémicycle, tous les députés vidaient les lieux. Et bien, en ce moment, c'est lui qui serait au pouvoir.

Publié dans Coups de gueule

Commenter cet article