Voyage au Benin

Publié le par Taméra

Ce mardi, voyage expéditif au Benin, pour travailler sur un contrat de représentation. J'attends cet instant depuis longtemps. Les gens ont tellement loué le miracle béninois.

Nous arrivons à la frontière avec du retard. Presque midi. Les formalités se font sans problème. Dès que je suis de l'autre coté, il y a deux choses qui me sautent aux yeux. La première est qu'il y a très peu d'affluence autour du poste. La cohorte de colporteurs de tous bords est moins présente, il y a moins de camion qui obstruent la route. La seconde est que la route est excellente. Enfin, une vraie route quoi. Qu'à cela ne tienne. Tout le monde sait que nos routes sont dégueulasses.

De la frontière à Cotonou, rien de vraiment impressionnant. Certes, il y a ces moto-citernes (photo) qui ravitaillent les vendeurs d'essence frelaté, et le prix du carburant à la pompe, qui est de trente cinq francs inférieur au notre.

Cotonou a des allures de ville moyenne. J'ai l'impression qu'il y a plus d'ordre. Alors qu'il y a une dizaine d'années c'était la jungle surtout chez les zémidjans (moto-taxi), là, j'ai trouvé même ces messieurs organisés. Ils portent tous une chemise orange reconnaissable, ils ont leur station, et ils sont même sympathiques. Ils nous ont indiqué la voie à plusieurs reprises.

Les routes sont bien faites. Les routes importantes ont 6 voies, les feux fonctionnent et sont respectées. Nous sommes allés dans une galerie, une peu comme dans une vraie ville quoi. J'ai mangé d'excellentes pizzas, à 3000f l'unité.

Tout ça est bien charmant, et accessible. Cette organisation est à notre portée.

Encore faut-il en avoir la volonté.

Pauvre de nous.

Publié dans Actualité africaine

Commenter cet article

Aubin Teo 22/07/2008 21:03

petit coucou de passage